LE NERF VAGUE

LE NERF VAGUE


le 23.09.2020

Qu'est-ce que le nerf vague et pourquoi est-il si important pour notre santé et notre bien-être ?

Le nom «vagus» en latin signifie «vagabond». Le nerf vague prend naissance dans le tronc cérébral. C'est le 10 ème nerf crânien, qui est responsable du contrôle parasympathique de la majorité de nos organes internes, notamment : le cœur, les poumons et le tube digestif.

Les nerfs vagues sont normalement désignés au singulier mais nous verrons plus loin, qu'en réalité il y en a deux !

Le nerf vague est le nerf le plus long du système nerveux autonome du corps humain.

Le nerf vague traverse tout notre corps. Composé de 80% de fibres d'écoute, il réalise un câblage qui « écoute » ce qui se passe dans notre corps.

Ainsi, il sait tout sur l'état de santé de chaque partie de notre corps et envoie cette information à notre cerveau. Il exerce un rôle de calmant et a la capacité à réparer les différentes parties souffrantes de notre corps. L'activité de ce nerf est modulée par le fait d'être dans un environnement bienveillant.

Plus nous sommes dans un environnement bienveillant, plus il est actif.

« C'est le nerf de l'Amour, de la douceur, de la non-violence »

Les découvertes les plus récentes établissent que le nerf vague est à la fois calmant, puissamment anti-inflammatoire, protecteur des maladies chroniques et réparateur. A l'inverse, toute baisse du tonus du nerf vague accroit les mécanismes d'usure, d'épuisement et d'inflammation du corps et par là les risques de maladies chroniques. »

Le nerf vague donnerait donc l'ordre au corps de se réparer. Des études scientifiques ont montré l'efficacité de l'activation du nerf vague (de façon électrique) pour des maladies chroniques liées à une inflammation globale : la polyarthrite, l'épilepsie, la dépression sévère, la déficience cardiaque etc.

Comment savoir si votre nerf vague dysfonctionne ?

  • Vous manquez de vitalité et votre sommeil ne vous semble pas récupérateur
  • Vous digérez mal, vous avez des ballonnements, des douleurs gastriques, des troubles du transit (alternance constipation/diarrhée)
  • Vous souffrez d'une dysbiose intestinale (déséquilibre de la flore intestinale)
  • Vous avez tout le temps faim, vous ressentez difficilement la sensation de satiété
  • Votre fréquence cardiaque au repos est élevée
  • Après un événement stressant, vous avez du mal à récupérer une respiration calme et votre fréquence cardiaque reste longtemps élevée
  • Vous êtes chroniquement déprimé

Juste pour rappel : notre système nerveux se compose de deux parties principales, le système nerveux central (SNC) et le système nerveux périphérique (PNS). Le système nerveux central se compose du cerveau et de la moelle épinière.

Le système nerveux périphérique est divisé en système nerveux somatique et système nerveux autonome.

Le système nerveux somatique contrôle tous les systèmes musculaires volontaires du corps, alors que toutes les fonctions que nous n'avons pas à contrôler consciemment sont assurées par le système nerveux autonome.

Enfin, le système nerveux autonome est constitué de deux branches : le système nerveux sympathique et parasympathique. Vous pouvez considérer ces deux branches, respectivement, comme activatrice et modulatrice.

La branche parasympathique est divisée à son tour en deux contingents donnant ainsi au système nerveux autonome 3 voies de réponses possibles :

  • Le mode de l'engagement et du lien social, lorsqu'il se sent en sécurité
  • Le mode de la mobilisation, pour répondre à un danger
  • Le mode de l'extinction ou de l'effondrement, quand il semble impossible d'échapper au danger.

Voyons maintenant comment se mettent en place ces différents modes de réaction.

La Théorie polyvagale

Le Dr Stephen Porges a développé la théorie polyvagale, qui explique la réponse de notre système nerveux au stress ou au danger. Il décrit un système hiérarchique en trois parties:

  • l'activation du vague ventral (relaxation et engagement social),
  • l'activation sympathique (combat ou fuite) et
  • l'activation du vague dorsal (immobilisation ou figement).

Ces 3 réponses sont au service de notre survie.

La branche sympathique se trouve dans la partie centrale de la moelle épinière et nous prépare à l'action. C'est ce système qui recherche des signaux de danger et qui déclenche la sécrétion d'adrénaline qui alimente le réflexe de combattre ou fuir.

Cette réaction immédiate au stress affecte presque tous les organes du corps. L'état de combat ou de fuite qui en résulte est conçu pour nous maintenir en vie.

Dans la branche parasympathique, les fibres parasympathiques du nerf vague se connectent à tous les organes (à l'exception des glandes surrénales), du cou au deuxième segment du côlon transverse !

Cela signifie que le nerf vague est le composant principal de votre système nerveux parasympathique et joue, en tant que tel, un rôle clé dans des fonctions telles que: la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, le péristaltisme gastro-intestinal,

« Un tube digestif en mouvement

Le parcours des aliments de la bouche jusqu'à l'anus s'effectue par le biais de contractions musculaires particulières: le péristaltisme.

Grâce aux muscles qui les entourent, les organes creux - oesophage, estomac et intestin - se contractent de manière spontanée, permettant l'avancée progressive des aliments. Sans ce phénomène, également appelé motilité digestive, toute la transformation de la nourriture et l'absorption des nutriments serait impossible.

En temps normal, le trajet d'un aliment de la bouche à l'anus dure entre 24h et 40h. Chez les personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable (SII), la vitesse de passage des aliments dans l'intestin est souvent modifiée. Selon que les contractions soient trop rapides ou trop lentes, le patient souffre de diarrhées ou de constipation « .

la transpiration, la désintoxication.

Le nerf vague contrôle également quelques muscles squelettiques, y compris les muscles responsables de la déglutition, ainsi que la phonation (produisant un son par vibration) et la parole.

Le nerf vague se divise en deux contingents :

Le complexe Vagal Ventral (VVC) est la nouvelle branche myélinisée du nerf vague qui s'est développée chez les mammifères et intervient dans la sensation de sécurité et du lien social

Lorsque nous nous sentons à l'aise et en lien, notre système vagal ventral est connecté et c'est lui qui dirige. 

Dans les situations non stressantes, si nous sommes en bonne santé émotionnelle, notre corps reste dans un état d'engagement social ou dans un état de sécurité et détendu. Dans cet état, nous sommes connecté et en lien avec les autres.

A l'inverse, le complexe Vagal Dorsal (DVC) est la branche non myélinisée, la plus primitive du nerf vague et son activation répond aux signaux de danger extrême.

 C'est que l'on appelle la réponse «d'immobilisation» ou de « figement ». Lorsque nous nous sentons paralysés, engourdis ou « absents », c'est que le système vagal dorsal a pris le contrôle. Il se mobilise lorsque notre système nerveux sympathique est sur-activé et que nous ne pouvons toujours pas nous échapper, le système nerveux parasympathique vagal dorsal prend le contrôle. Cela provoque le figement ou la paralysie, comme une forme d'auto-préservation, par exemple quelqu'un qui s'évanouit sous un stress extrême, ou quelqu'un qui se fige sur scène et ne peut pas faire entendre ses mots.

C'est la raison pour laquelle une bonne fonction vagale est si essentielle pour notre santé et notre longévité.

Pourquoi l'équilibre vagal est-il pertinent pour la santé et la longévité?

Fondamentalement, nous avons évolué pour vivre principalement dans un état détendu, activer la réponse de combat ou de fuite lorsque nous sommes confrontés à un danger, puis réactiver la réponse de relaxation une fois le danger passé.

 Malheureusement, la plupart des gens passent la plupart de leurs journées dans un état de stress constant en raison de peurs chroniques, d'anxiété, de culpabilité, de honte, de frustration, de mauvaise estime de soi, de croyances négatives, etc.

Sans parler du stress lié aux problèmes quotidiens, tels que les finances, les problèmes relationnels, la maladie, le trafic, etc. La plupart des gens passent la majorité de leurs moments éveillés à s'attarder sur le passé ou à s'inquiéter pour l'avenir.

Tout cela active le système nerveux sympathique

Et cette domination sympathique provoque l'affaiblissement de la réponse parasympathique vagale de repos-digestion-détoxification-guérison, que de nombreuses personnes sont incapables d'activer suffisamment efficacement quand elles en ont besoin. 

C'est le syndrome de déconnection du parasympathique

De plus, les états de troubles chroniques sont associés soit à la réponse de combat ou de fuite (sympathique), soit à la réponse de figement (ou de paralysie) parasympathique dorsal. 

De nombreuses personnes souffrant de fatigue chronique, auront la sensation d'être figées. Aucun de ces états n'est propice à la guérison.

AUCUNE GUÉRISON OU RÉGÉNÉRATION N'A LIEU PENDANT L'ACTIVATION DE LA RÉACTION DE COMBAT, DE FUITE OU DE FIGEMENT.

NOUS NE POUVONS GUÉRIR QUE LORSQUE NOTRE RÉPONSE DE DÉTENTE (nerf vague ventral) EST ACTIVÉE.

La connexion intestin-cerveau-microbiote

L'axe intestin-cerveau est un terme désignant le réseau de communication qui relie l'intestin et le cerveau. Ce système est complexe mais le nerf vague est l'un des éléments clés de cette connexion.Il permet au cerveau et à l'intestin de communiquer via les neurotransmetteurs, les hormones et les cytokines. Le nerf vague envoie ces signaux dans les deux sens. Quatre-vingt pour cent des informations transmises par le nerf vague circulent du corps vers le cerveau (fibres nerveuses afférentes). Alors que vingt pour cent des informations sont efférentes, ce qui signifie que le signal est transmis du cerveau au corps.

Cette communication bi-directionnelle doit être soulignée. Dans l'ensemble, il existe maintenant des preuves scientifiques démontrant que les micro-organismes intestinaux peuvent activer le nerf vague et qu'une telle activation joue un rôle essentiel dans la médiation des effets sur le cerveau et le comportement. 

De plus, nos pensées et nos émotions affectent notre santé intestinale et notre microbiote via le nerf vague également. 

Dans les études animales, le stress inhibe les signaux envoyés par le nerf vague et provoque des problèmes gastro-intestinaux. Une dysfonction du nerf vague explique alors pourquoi le stress supprime la production d'acide gastrique et d'enzymes digestives, et augmente la perméabilité intestinale (intestin qui fuit).

Nerf vague, système immunitaire et inflammation

Saviez-vous que l'inflammation chronique est le signe le plus courant d'une dysfonction du nerf vague? Le nerf vague établit une communication entre le cerveau et le système immunitaire. Quand il fonctionne de manière optimale, il envoie des signaux pour stopper l'inflammation via la voie anti-inflammatoire cholinergique.

L'inflammation est une réponse saine du système immunitaire, qui sert à protéger et à réparer le corps de quelque chose de dommageable, par ex. une infection ou un tissu musculaire endommagé. Cependant, après avoir atteint son objectif, la réponse inflammatoire doit normalement s'éteindre. Lorsque l'inflammation n'est pas désactivée, elle devient chronique.

L'activation permanente de la réponse immunitaire devient la nouvelle norme, qui avec le temps conduit à l'épuisement de l'organisme.

L'inflammation chronique participe à la survenue de presque toutes les maladies de civilisation.

La recherche montre que les personnes atteintes de maladies inflammatoires, telles que la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, etc. ont souvent une diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque, ce qui est un marqueur de la réduction du tonus vagal. 

Ceci est associé à des niveaux élevés de cytokines pro-inflammatoires et à une augmentation de l'activité du système nerveux sympathique et des hormones de stress, ce qui contribue à l'inflammation systémique.

Un faible tonus vagal est associé à :

  • La fatigue chronique (SFC)
  • La fibromyalgie
  • Dépression / anxiété
  • La maladie d'Alzheimer
  • La maladie de Parkinson
  • Les Cardiopathies
  • Diabète
  • Migraine
  • ESPT (état de stress post-traumatique)
  • Maladie auto-immune, comme polyarthrite rhumatoïde, multiple sclérose, lupus, etc.
  • Obésité
  • Cancer
  • TDAH
  • États inflammatoire chronique
  • Dysbiose/ SIBO / Perméabilité intestinale
  • Asthme

Voici quelques autres troubles associés à un faible tonus vagal :

  • Difficulté à parler ou perte de voix
  • Une voix rauque ou sifflante
  • Difficulté à boire des liquides
  • Perte du réflexe nauséeux
  • Rythme cardiaque et / ou tension artérielle anormaux
  • Diminution des sécrétions d'acide gastrique et / ou des enzymes digestives
  • Ballonnements ou douleurs abdominales
  • Temps de transit intestinal inférieur à 10 heures ou supérieur à 20 heures (entraînant souvent de la diarrhée ou de la constipation)
  • Gastroparésie (lésion du nerf vague)

L'état parasympathique est essentiel à la santé et à la longévité. 

Tous les processus de maintien de la santé y compris la digestion, la désintoxication, les activités immunitaires, la régénération des tissus ne sont activés que lorsque votre corps est dans un état parasympathique. Il équilibre votre système nerveux et affecte TOUS les aspects de votre bien-être !

Les définitions actuelles du stress ont une utilité limitante, en partie, en raison de la tendance de la recherche à être trop centrée sur la participation du système nerveux sympathique.

Le tonus vagal est donc un nouvel indicateur de stress ou de vulnérabilité au stress ayant de multiples applications et ouvrant de nouvelles voies thérapeutiques.

Le nerf vague traverse tout notre corps. Composé de 80% de fibres d'écoute, il réalise un câblage qui « écoute » ce qui se passe dans notre corps. Ainsi, il sait tout sur l'état de santé de chaque partie de notre corps et envoie cette information à notre cerveau. Il exerce un rôle de calmant et a la capacité à réparer les différentes parties souffrantes de notre corps. L'activité de ce nerf est modulée par le fait d'être dans un environnement bienveillant. Plus nous sommes dans un environnement bienveillant, plus il est actif.

« C'est le nerf de l'Amour, de la douceur, de la non-violence »

Les découvertes les plus récentes établissent que le nerf vague est à la fois calmant, puissamment anti-inflammatoire, protecteur des maladies chroniques et réparateur. A l'inverse, toute baisse du tonus du nerf vague accroit les mécanismes d'usure, d'épuisement et d'inflammation du corps et par là les risques de maladies chroniques. »

Le nerf vague donnerait donc l'ordre au corps de se réparer. Des études scientifiques ont montré l'efficacité de l'activation du nerf vague (de façon électrique) pour des maladies chroniques liées à une inflammation globale : la polyarthrite, l'épilepsie, la dépression sévère, la déficience cardiaque etc.

Comment savoir si votre nerf vague dysfonctionne ?

  • Vous manquez de vitalité et votre sommeil ne vous semble pas récupérateur
  • Vous digérez mal, vous avez des ballonnements, des douleurs gastriques, des troubles du transit (alternance constipation/diarrhée)
  • Vous souffrez d'une dysbiose intestinale (déséquilibre de la flore intestinale)
  • Vous avez tout le temps faim, vous ressentez difficilement la sensation de satiété
  • Votre fréquence cardiaque au repos est élevée
  • Après un événement stressant, vous avez du mal à récupérer une respiration calme et votre fréquence cardiaque reste longtemps élevée
  • Vous êtes chroniquement déprimé

Quelques Astuces...

  1. Se gargariser ou Chanter
  2. S'allonger sur le côté gauche si l'on a des désordres digestifs
  3. S'allonger côté droit s'ils sont plutôt cardiaques.
  4. Se passer un gant frais dans le coup.
  5. Une bonne douche froide.
  6. Pratiquer la visualisation (meditation)
  7. Exercice Occulaire.
  8. En Sport Yoga Pilates Piscine Marche Scandinave.

Sources : Pascale FAIVRE, formatrice et fondatrice IANEVA
La théorie polyvagale Stephen Porgers et Deborah Dana
La connexion intestin-cerveau, Dr Emeran Mayer, Ed. Guy Trédaniel
Le système nerveux autonome, de la théorie polyvagale au développement psychosomatique.Applications thérapeutiques et ostéopathiques. Eric Marlien, Ed. Sully
Crédit image : Nicolle.R. Fuller et Pixabay