L'EQUILIBRE de L'INSTANT

En ces temps où les percées technologiques et scientifiques amènent les êtres humains à tout contrôler alors qu'en réalité, ils ne contrôlent presque rien, comme en témoignent les nombreuses contradictions que nous vivons aujourd'hui. Cette affirmation peut être démontrée par les exemples suivants : Chaque jour, de nouveaux médicaments sont découverts et en même temps, chaque jour apparaissent des maladies plus agressives que celles qui existent déjà.

Chaque jour, l'être humain vit avec plus de confort et de plaisirs sensuels et, fait intéressant, en même temps, chaque jour, il est plus envahi de problèmes et de faiblesses intérieures.

Chaque jour, l'accès à Internet, à l'éducation, à l'information ... est plus abordable pour tout le monde et cependant l'être humain rencontre plus de problèmes pour vivre en harmonie : les conflits familiaux, la délinquance juvénile, les divorces, etc, augmentent...

LA CONNAISSANCE N'EST PAS LA MÊME CHOSE QUE LA SAGESSE.

Rendre la vie de l'être humain plus facile.

Cependant, de manière énigmatique, la maladie courante de ce siècle est le stress, une maladie qui nous conduit à vouloir tout obtenir très rapidement et, en réalité, nous n'arrivons à posséder presque rien.

L'être humain vit dans une grande désolation intérieure, dans un vide qu'il cherche à combler dans un système pervers et addictif qui son avec les nombreux qu'offre en permanence la société d'aujourd'hui, etc ... où.

Malheureusement on arrive à s'oublier, s'échapper bien que ce soit pour un instant de sa propre réalité, en rendant ce vide de plus en plus grand. Condamné à vivre pour vivre, ou pour gagner plus d'argent, pour monter au sommet de l'échelle dans l'oubli des valeurs éternelles du bien vivre qui sont : le droit façon d'agir, le droit façon de penser et le droit façon de sentir.

Si nous voulons donner un sens à notre vie, il est nécessaire de combiner le confort moderne auquel nous avons accès à la recherche d'une vie intérieure riche. Il est inutile d'avoir un magnifique téléphone portable si nous avons peur de communiquer les aspirations de notre cœur ; il est inutile d'avoir une télévision magnifique, si cette télévision conduit à la division de la famille et à l'hypnotisme de la fantaisie, nous faisant oublier qui nous sommes réellement ; il est inutile d'avoir beaucoup d'argent si, en nous oubliant nous-mêmes, nous devenons esclaves de celui-ci, générant autour de nous des conflits et de l'amertume.

Le Dr Samaël Aun Weornous dit dans son livre "La Psychologie Révolutionnaire" :

Nous sommes donc confrontés à deux mondes, l'extérieur et l'intérieur. Le premier est perçu par les sens de perception externe ; le second ne peut être perçu que par le sens de l'auto-observation intérieure.

Pensées, idées, émotions, désirs, espoirs, déceptions, etc, sont intérieurs, invisibles aux sens ordinaires, communs et courants. Et pourtant, ils sont pour nous plus réels que la table de la salle à manger ou les chaises du salon

Certes, nous vivons plus dans notre monde intérieur que dans l'extérieur ; ceci est indiscutable, irréfutable.

Dans nos mondes internes, dans notre monde secret, nous aimons, nous désirons, nous soupçonnons, bénissons, maudissons, aspirons, souffrons, nous réjouissons, nous sommes déçus, récompensés, etc ...

Incontestablement, les deux mondes internes et externes sont vérifiables expérimentalement. Le monde extérieur est l'observable. Le monde intérieur est l'auto-observable en soi-même et à l'intérieur de soi-même, ici et maintenant.

Le ici et maintenant et le paramètres le plus difficile a atteindre car cette perception et altérer par ce qui nous entoure. Cette état « ici maintenant » peut être répète au moment ou nous avons besoin. Comme un sportif ou autre, la maitrise du geste demande de la concentration.

Plus nous explorons ce MONDE INTERIEUR appelé SOI-MÊME, plus nous comprendrons que nous vivons simultanément dans deux mondes, dans deux réalités, dans deux zones : l'extérieure et l'intérieure.

Il est indispensable d'apprendre à marcher dans le MONDE EXTERIEUR, pour ne pas tomber dans un précipice, pour ne pas se perdre dans les rues de la ville, de sélectionner ses amis, de ne pas s'associer avec des pervers, de ne pas manger du poison, et ainsi de suite.

C'est la même chose avec le travail psychologique sur soi-même : nous apprenons à marcher dans le MONDE INTERIEUR qui est explorable au moyen de l'auto-observation de soi-même.

Combiner les états intérieurs avec les événements extérieurs de façon correcte, c'est savoir vivre intelligemment. Pour n'importe quel événement vécu intelligemment existe son état intérieur spécifique correspondant.

Cependant, les gens, malheureusement, lorsqu'ils examinent leur vie, pensent que celle-ci est composée exclusivement par des événements extérieurs ...

Pauvres gens! Ils pensent que si tel ou tel événement ne s'était pas produit, leur vie aurait été meilleure ...

Supposons que la chance les a quittés et qu'ils ont perdu l'opportunité d'être heureux... Ils se lamentent sur ce qu'ils ont perdu, ils pleurent qu'ils ont été méprisés, ils gémissent en se rappelant leurs anciens déboires et calamités ...

Les gens ne veulent pas se rendre compte que végéter, ce n'est pas vivre et que la capacité d'exister consciemment dépend exclusivement de la qualité des états intérieurs de l'âme ... Peu importe le degré de beauté des événements extérieurs de la vie, si nous ne sommes pas à ce moment-là dans l'état intérieur approprié ; les meilleurs événements peuvent nous paraître monotones, fatigants ou simplement ennuyeux.

Une personne attend avec impatience la fête du mariage, c'est un grand événement. Mais il pourrait arriver qu'il soit tellement préoccupé au moment précis de l'événement, qu'il ne profite réellement d'aucune manière de celui-ci et que tout devient aussi sec et froid qu'un protocole ...

L'expérience nous a enseigné que ce ne sont pas toutes les personnes qui assistent à un banquet ou à une danse, qui profitent vraiment ...

Il ne manque jamais une personne qui s'ennuie dans la meilleure des fêtes et les pièces les plus délicieuses rendent joyeux les uns et font pleurer les autres... Très rares sont les gens qui savent combiner consciemment l'événement extérieur avec l'état intérieur approprié ...

Quel est la substance de la vie du moment ou l'on partage se monde intérieur et extérieur?

j'aime à croire qu'il est bon de se promener dans un champs ou dans une forêt ou sur une plage et de découvrir de très belle fleurs et de les vouloirs de les cueillir pour les ramener à la maison pour continuer cette émotion de joie que cela nous a procurer, mais après quelques jours, nous regardons cette jolies compositions de fleurs qui se fane, quel tristesse, n'étaient elles pas plus belle dans le champ ? que dans mon vase ? que dois-je privilégier !!

Prendre appui sur la capacité de nos sens à nous mettre en rapport avec l'instant présent. Ainsi, écouter vraiment l'instant, simplement tout ce que l'on entend, avant de juger et dire « J'aime » ou « Je n'aime pas ». Ecouter les oiseaux, le vent dans le feuillage ou les voitures, le bruit de nos pas... Puis faire la même chose avec l'odorat, la vue : sentir, simplement, regarder sans porter de jugement. Alors nous sommes ramenés dans l'instant présent. Notre terre est le lieu de l'ici et maintenant, celui où nous devons habiter et nous réaliser et ainsi, maintenant l'apprentissage et long et non dénué d'interêt si nous sommes prêt à lâcher cette addiction du mauvais gout qui nous entoure sur « le superficielle tendance ».