REBOUTAGE





.

REBOUTAGE


Tendinite, sciatique, contracture... Vous pensez avoir tout essayé pour venir à bout de cette douleur ? Et si vous testiez la reboutothérapie? Le rebouteux est un guérisseur qui détient le talent inné de soigner vos vilains bobos.



La technique enseignée regroupe des mouvements de mobilisation, d'étirement et de compression

Le Reboutage est un procédé empirique basé sur l'observation et la pratique du toucher.

Il permet de résoudre de nombreux problèmes musculaires et articulaire.
Il permet également de restaurer la fonction normale des muscles.

Le raccourcissement tissulaire persistant ou pathologique : en d'autres termes, le tissu qui s'est raccourci, en général par une réaction de défense, ne peut pas développer un travail et résiste à l'étirement.

Le raccourcissement d'un muscle peut être actif ou passif. Quand une portion de muscle est contracturée par ce mécanisme, elle ne peut plus se contracter et n'est plus disponible pour développer le travail musculaire.


Qu'est-ce qu'un rebouteux ?

Le rebouteux est un guérisseur qui prétend soigner des douleurs et/ou les lésions corporelles par des manipulations et gestes innés. Ce praticien ne détient aucun diplôme, ni aucune formation particulière. Il est le plus souvent consulté pour des lésions osseuses ou articulaires (fractures, luxations, tendinites...). Cependant beaucoup de rebouteux traitent aussi les douleurs rhumatismales, névralgiques ou musculaires (arthrose, sciatiques, contractures...).

Un peu d'histoire

Le rebouteux existe depuis le moyen Âge, il est nommé ainsi parce qu'il remet « bout à bout » les os et les articulations cassées. En fonction des régions et des époques, ils furent appelés différemment : adoubeurs, renoueurs, remettoux, rhabilleurs... Ils étaient le plus souvent des hommes des campagnes exerçant des professions d'agriculteurs, de bergers, d'hongreurs, d'éleveurs ou encore de maréchaux-ferrants. Ils prétendaient détenir un don inné ou transmis par leurs ainés dans la guérison des os et articulations lésés.

CONCLUSION

Reboutage ou « Massage empirique » est un procédé empirique du reboutage basé sur l'observation et la pratique du toucher permettant de restaurer la fonction normale des muscles.

Reboutage ou « Massage empirique » est une méthode fonctionnelle et structurelle efficace permettant de résoudre des nombreux problèmes physiques tels que : perte de mobilité articulaire, contracture musculaires, névralgie, tendinites, dorsalgie, lombalgie, torticolis etc.

Reboutage ou « Massage empirique » peut être un massage profond entre les muscles ou les vertèbres, comme il peut aussi être une technique vertébrale plus manipulative. Il peut se pratiquer avec les doigts, la paume de la main, le poing, le coude et même dans certaines contrées le pied. Les résultats sont souvent spectaculaires dès la première séance.

Reboutage ou « Massage empirique » est une technique de massage se pratiquant depuis des centaines d'années. Elle est encore exercée de nos jours dans de nombreuses régions et pays. Cette méthode est généralement enseignée de père en fils ou de mère en fille et semble s'affiner au fil du temps. Elle est souvent étudiée de façon spécifique à chaque famille, ce qui en fait sa richesse.

Reboutage ou « Massage empirique » , ou Art du rebouteux, est un ensemble de données empiriques, d'une part, et parfaitement structurées d'autre part, que l'on rencontre dans tous les pays du monde qui ont conservé une tradition de soins holistiques, depuis des temps immémoriaux. Empirique, parce que certains individus, nés sous le signe d'une sensibilité particulière, et pour des raisons inconnues, ont en eux, un « savoir-faire » inexpliqué, concernant la remise en « place » des articulations, des muscles, des fascias, des nerfs et des énergies du corps.

Reboutage ou « Massage empirique » a fait l'objet d'une transmission ininterrompue de ce « savoir-faire », sous toutes les latitudes, et de tous les temps, par certaines lignées d'individus qui l'ont reçu en legs, et le transmettent à nouveau de génération en génération, et pas forcément de père en fils ou de mère en fille. Ce « savoir-faire » semble s'affiner au fil du temps et est souvent étudiée de façon spécifique à chaque famille, ce qui en fait sa richesse.