SYMBOLIQUE DU BASSIN




Les hanches sont situées tout en haut de la jambe, juste en dessous de la taille.Elles représentent notre capacité à aller de l'avant en lien avec ce qui nous sert d'appui.Les   problèmes aux hanches sont souvent reliés à de l'indécision, lorsqu'il s'agit de passer à l'action ou d'avancer dans une situation. On peut avoir peur de s'engager parce qu'on ne se sent pas encore prêt pour vivre ce qui se profile pour nous.

L'inconnu peut parfois sembler inquiétant, vivre c'est prendre des risques. Je vous encourage à vous demander : qu'est-ce qui pourrait m'arriver de pire en allant dans cette direction ? et vous constaterez souvent que vous n'avez rien à perdre...

Penser que quelque chose est impossible, c'est renoncer à savoir si cela est possible...! Alors, osez, risquez !

Le bassin (du latin pelvis) est une ceinture osseuse qui soutient le poids du corps et qui fait la jonction entre le tronc et les membres inférieurs. La correspondance du fait de me sentir en sécurité dans le fait de m'élancer dans la vie. Le bassin représente le pouvoir sous toutes ses formes. C'est le récipient qui accueille les énergies du pouvoir de l'ego. Une difficulté à ce niveau me montre que je peux avoir peur d'avancer dans la vie. Je peux trop m'accrocher au passé. Puisque à ce niveau qu'un enfant est porté , il possible que mon malaise au bassin soit lié à un aspect de ma propre gestation ou j'ai vécu des frustrations pendant cette période ou j'ai vécu des frustrations face à mes parents, plus particulièrement ma mère, je peux avoir pris sur moi beaucoup de responsabilités et je recrée cet état dans ma vie présente en voulant être « mère de tout le monde ».

Un malaise au bassin peut être relié aussi au fait que quelles qu'envoient la raisons, je ne peux pas accueillir une personne. Un nouveau-né mais cela peut être une personne avec le refus d'une relation sexuel cela peut être également de se retrouver à accueillir une personne que nous avons pas envie d'accueillir à la maison mais également être dans un cadre de travail ou la personne avec qui vous devez travailler est totalement à l'opposé de vous et donc dans un état de refus d'avancer vers elle. Il ya donc Danger qui guette ma sécurité familiale et mon sentiment d'indépendance.

Le plus important si j'éprouve quelques difficultés au niveau de mon bassin il est possible que je déprécie l'importance de mes besoins fondamentaux comme la nourriture , la sexualité. J'ai à considérer l'importance que je dois attribuer aux différents aspects de ma vie pour qu'elle repose sur des bases solides et saines.


Anatomie du bassin

Le bassin, ou pelvis, est une ceinture osseuse située sous l'abdomen qui soutient la colonne vertébrale. Il est fait de l'association des deux os coxaux (os de la hanche ou os iliaque), du sacrum et du coccyx. Les os coxaux sont eux-mêmes issus de la fusion de trois os : l'ilium, l'ischium et le pubis.


Physiologie du bassin

Le bassin a pour rôle principal de supporter le poids du haut du corps. Il protège également les organes génitaux internes, la vessie et une partie du gros intestin. Les os de la hanche s'articulent aussi avec l'os de la cuisse, le fémur, ce qui permet la marche.

Le psoas, aussi appelé « muscle de l'âme », est le muscle le plus profond

du système musculaire et, en outre, celui qui contribue à stabiliser le corps humain. Il nous aide à maintenir l'équilibre, la mobilité articulaire, l'amplitude de mouvement et un fonctionnement correct des organes situés dans la zone abdominale.

Ce muscle, qui connecte la colonne vertébrale et les jambes, nous aide à rester debout et nous permet de lever les jambes pour pouvoir marcher.

Un psoas en bon état favorise une posture corporelle correcte et offre une consolidation à la structure interne du corps.

Les cultures orientales lui ont donné le titre de « muscle de l'âme » à cause de sa relation avec le système nerveux central ; en étant connecté au diaphragme, il est intimement lié à la respiration.

Nous savons que le rythme respiratoire a une relation bidirectionnelle avec notre état émotionnel. Il s'agit donc, en quelque sorte, du messager de notre état psychologique. Le psoas est, par conséquent le muscle chargé de nous aider à oxygéner notre esprit.

Le stress, uni au style de vie qui l'accompagne, peut tendre le psoas, conduisant ce dernier à se réduire ou à se durcir. Ce fait provoque des douleurs dans le dos et dans la zone lombaire, des problèmes digestifs, des menstruations douloureuses, etc. Si l'état de stress devient chronique, le psoas finit par se raccourcir et par durcir, affectant notre état physique et émotionnel et générant une grande sensation d'inconfort qui finit par épuiser notre corps. Plus le « muscle de l'âme » sera fort et flexible, plus nous ressentirons

de vitalité car l'énergie pourra s'écouler librement à travers les os, les muscles, les articulations, les organes, etc.

Vous êtes nombreux à souffrir de douleurs physiques. Vous aimeriez comprendre comment vous débarrasser des tensions corporelles. Il existe des pratiques simples à mettre en place dans votre quotidien. Le tout sans spécialiste : kinésithérapeute, ostéopathe, etc.

Dans cet article, je vous livre mes conseils pour identifier les signes déclencheurs et comment les éviter.

Dans tous les aspects de notre quotidien, notre corps est en mouvement. Sans même nous en rendre compte, nous créons des habitudes qui nous éloignent de la conscience du mouvement. Le corps devient juste un moyen, un objet, un véhicule. Alors nous nous installons de manière involontaire dans de mauvaises postures. Les tensions corporelles s'insinuent. Sur le long terme, elles s'installent si profondément que des douleurs chroniques apparaissent.

Peut-être en êtes-vous victime !

Douleurs aux cervicales, au dos, aux épaules, etc. Inconsciemment, notre corps enregistre toutes sortes de détails comme des odeurs, des sons, des sensations corporelles, etc.

Ces détails sont des déclencheurs. Pour chaque situation douloureuse ou stressante, une contraction musculaire spécifique apparaît : mâchoires crispées, dents serrés, poings fermés, jambes raides, haussement des épaules, dos courbé, etc. La douleur est alors un message pour le corps. Pour se protéger et se réparer, le corps est sujet à une réaction physiologique nommée émotion. Elle se caractérise en 3 étapes : des sensations corporelles, des tensions et l'évacuation de l'émotion ressentie.

D'un côté, nous sommes touchés par des émotions dits phasique : colère, peur, amour, mépris, ...

Et d'un autre côté par notre affect : sentiments, motivations, humeurs.



Nous pouvons distinguer :


Les émotions dits primaires : ce sont des réactions normales qui durent quelques minutes et que nous sommes en mesure de comprendre.

Les émotions dites parasites : ce sont des réactions disproportionnées (tremblements violents, une irrépressible envie de donner des coups), qui touchent la totalité de l'organisme en toutes circonstances.


Colère : frustration, injustice, blessure Partie touchée : haut du corps (tête, poitrine, bras) Signes physiques : forte accélération du rythme cardiaque, augmentation température de la peau, tension dans les mâchoires, poings serrés Intensité : forte


Peur : danger, inconnu Partie touchée : haut du corps (tête, poitrine, bras, ventre) Signes physiques : forte augmentation du rythme cardiaque, sensation de froid, poils qui se dressent, mains moites, estomac serré Intensité : forte au niveau du cœur


Dégoût : nocif Partie touchée : haut du corps (tête, poitrine, bras)Signes physiques : envie de vomir, nausée Intensité : forte au niveau de la gorge


Bonheur : réussite Partie touchée : tout le corps Signes physiques : cœur qui bat fort, respiration ample Intensité : forte au niveau du visage et de la poitrine


Tristesse : perte Partie touchée : haut du corps (poitrine, visage) Signes physiques : baisse du tonus, pleurs, crispation des membres Intensité : élevée à modérée au niveau de la poitrine et de la gorge.


Amour : un lien Partie touchée : haut du corps jusqu'au genou Signes physiques : chaleur, joues rosée, détente du rythme cardiaque Intensité : forte intensité au niveau du visage, de la poitrine et bas ventre

.

Dépression : rigidité Partie touchée : bras et jambes Signes physiques : provoque des ralentissements de l'activité corporelle Intensité : activité affaiblit dans ces zones.


Mépris : isolation Partie touchée : visage, gorge, main Signes physiques : contraction des extrémités des lèvres, voix grave, doigts recroquevillés Intensité : forte au niveau du visage.


Honte : frustration Partie touchée : haut du corps Signes physiques : yeux baissés, tête basse Intensité : forte au niveau des joues.


Comme vous pouvez le constater sur l'illustration ci-dessous (très parlante), la plupart de nos émotions provoquent des réactions physiques dans le haut du corps. Il vous sera maintenant plus facile d'identifier l'origine de vos douleurs ou tensions corporelles.


EXERCICES

Simple et bénéfique pour l'ensemble du corps

Le pont : rééquilibre le système nerveux, tonifie le centre du corps et muscle le dos, active les glandes surrénales et la thyroïde, élimine les toxines et facilite la digestion, soulage les tensions du plexus solaire et diminue le stress, active le cœur et le larynx. Pour étirer la colonne vertébrale, rien de mieux que les positions du chien tête en bas, du chameau, de superman, de l'aigle et de demie torsion.

Simple et bénéfique pour l'ensemble du corps

LA TAILLE

Le fatalisme



AB a toujours été très concernée par sa taille. Non pas la taille en centimètres mais la taille qui sépare le buste du bassin. Elle fait d'énormes efforts pour conserver une taille de guêpe dont elle était fière comme la femelle d'un paon. Elle s'était mariée à deux reprises mais à chaque fois demandé le divorce parvenue ses époux successifs exigeaient d'avoir des enfants. AB refusait la mater noté parce qu'une grossesse aurait détruit son atout plastique majeur. Il est vrai qu'elle s'habillait de charmants petits tailleurs très cintrés. Et puis AB a rencontre un troisième homme dans sa vie. Un pervers sado-maso!

Ça l'a transfigurée. AB ne jurait que pardon Jules qui la battait chaque fois battait chaque fois qu'il avait un coup dans le nez. Elle avait trouvé son maître, disait-elle en se pâmant. il l'avait soumise comme une esclave et c'est ce qu'elle espérait en secret dans ses fantasmes sexuel les plus secret: être traitée comme une esclave et violée avec son consentement.....

Siège du fatalisme, de la soumission et de la symbolique de l'abandon, la taille de la femme est l'intersection du sablier par ou s'écoule le temps qui passe. Plus la taille s'efface, victime des grossesses successives ou de relâchement des muscles abdominaux. Le besoin de plaire a vécu, la dynamique de la séduction aussi. Tant qu'elle est marquée, la taille demeure une zone érogène par excellence dans la mesure ou elle est l'antichambre des fesses et la vitrine des seins.

Vous pouvez refuser d'adhérer à cette vision symbolique de la taille, en tant que femme, ce que je comprendrai parfaitement. Néanmoins , le besoin de poser ses mains sur sa taille ou sur ses hanches chaque fois que nous sommes confrontés à l'autre, n'est pas un geste anodin . Il faut s'imposer, apparaître pour ne pas apparaître pour ne pas disparaître, s'imposer pour ne pas subir. Tel est le combat quotidien de l'Homme qui communique. Il est victime d'une fatalité liée à un sentiment de soumission qui le rassure , d'une part, contradictoirement avec un besoin d'exister qui lui fait peur mais le gratifie, d'autres part. Plus souvent votre interlocuteur (trice) posera ses mains sur ses hanches ou sur sa taille, plus il acceptera de se soumettre à la fatalité que vous représentez à ses yeux.

A l'époque victorienne, pour être belle, une jeune fille devait avoir une taille dont la mesure en pouces correspondait au chiffre de son dernier anniversaire. Pour y parvenir, nombre de jeunes femmes à la mode devaient porter leur corset vingt-quatre heures sur vingt-quatre, ce qui provoquait fatalement des insomnies , malaises etc .

Mêmes aujourd'hui nous avons certaines jeunes demoiselles qui par un souci de paraitre, se font ôter les dernières côtes pour avoir la taille plus fine. Autre époque! de nos jours les séductrices sont des produits humain. Tel est le credo des nouvelles poupée Barbie promues par les émissions de télé réalité.

A l'époque victorienne les femmes qui ne portaient de corsets étaient considérées comme impudiques et dépravées. Les corsets serrés étaient devenus parties intégrantes de la mode que paraitre sans revenait à se déshabiller en public.

 On retrouve également dans les danses folkloriques diverses région du globe , le danseur pose ses mains sur les hanches de sa partenaire et enserre sa taille de ses doigts. Cette attitude est un véritable aveu de domination amoureuse. La taille est bien le siège symbolique de la soumission, librement consentie ou non...

Ce qui sous-entend que la femme dont la taille s'est épaissie est une femme insoumise car elle changé de statut; elle est devenue mère ou elle n'a plus besoin ou plus envie de plaire, mais chaque époque ou je dirai de mode le statut de la femme change, on peut remarquer que la taille doit rester toujours aussi fine mais la parti des fessiers devient un Etat à lui tout seul. Certaines prises de poids sont d'ailleurs liées à ce refus conscient ou non conscient de plaire aux hommes.

La taille s'efface et le regard masculin s'évade et la soumission demeure et le fatalisme s'accentue encore.

Les jolies filles d'antan ont grossi, sont devenues des matrones qu'imposent souvent leurs mains sur les hanches, presque sous le souvenir d'une taille à jamais enfouie sous la cellulite.

Le fatalisme est une attitude de soumission aux évènements de l'existence. A chacun son destin! C'est écrit dans le ciel! Adieu que pourra ! Quand on est pas marqué par la malchance, on ne peut pas s'en sortir.

S'en sortir le verbe favori des victimes de la société. Le mauvais oeil? La superstition n'est pas très loin. Je voudrai bien m'en sortir mais ce n'est pas possible etc.

Je voudrais bien renaitre sous un autre ciel mais je n'ai plus le courage, il faut donc que je subisse ma vie jusqu'a la mort qui sera ma délivrance,

Un peu morbide tout ça....



ref: 

la symbolique du corps humain Annick de Souzenelle
Medecine Chinoise de Hiria Ottino
Le Langage du corps Joseph Messinger